porto_capital_do_norte_illustration_de_patrimoine_voyage
Découvertes

Porto, « Capital do Norte »

Petit throwback en septembre 2016. Déjà, le temps passe vite.

” Avant de commencer sérieusement ma dernière année d’étude en architecture, je vous emmène faire un tour à Porto, où j’ai fais mon premier voyage en solo !

Porto regorge de jolis recoins et de pépites à découvrir en se baladant dans les petites rues étroites de la ville. A taille humaine, il faut néanmoins se parer de ses plus gros muscles pour arpenter marches et côtes. Mais ça vaut le détour !

Il y a trois spécialités portuannes : le porto bien évidemment, le liège, et les azulejos. Ce sont clairement ces derniers qui ont rythmé mes promenades et qui m’ont le plus émerveillés : on les trouve sur les façades des maisons, du bleu, au jaune, parfois vert, rouge. Ces carreaux de faïences décorés sont aussi présents en masse sur les églises, les couvrant souvent dans leur intégralité et dessinant des scènes de vie. On y trouve également dans le hall de la gare de Porto. Ceux qui m’ont le plus marqué sont ceux dans le cloître de la Cathédrale, pour leurs quantités et la qualité du lieu.

Porto, c’est aussi l’océan Atlantique, le fleuve Douro, et le flot de pêcheurs qui vont avec ! Le marché de Matosinhos, au nord de Porto est un exemple de vie à la portugaise : le poisson arrive fraîchement pêché, les caisses sont débarquées sur le port, récupérées par les petits restaurateurs qui s’empressent de sortir les barbecues sur les trottoirs pour nous proposer à midi sardines, maquereaux, et poulpes grillés ! Un délice des plus simples.

En évoquant les pêcheurs, difficile de passer outre le petit village d’Afurda, sur la rive sud du Douro, accessible en passant par le Pont Louis I, ou possibilité de s’y rendre à bord d’un petit bateau à partir de l’arrêt de bus « Gàs ». Une petite pause loin des touristes mais toujours en couleurs et en azulejos !

Porto, c’est aussi une vie nocturne bien remplie. Les portugais ne mangent pas avant 21h, 22h, et remplissent les bars à partir de 2h du matin. Des caves aménagées, une halle marchande transformée en club ( Ferreira Borges Market), des terrasses le long du fleuve… De quoi passer de bons moments, sans compter les nombreux artistes de rues (vraiment talentueux pour certains !) qui se produisent un peu partout…

Porto, c’est aussi là où on peut admirer le Pont Luis I réalisé, non par Gustave Eiffel, mais par son acolyte Théophile Seyrig. Il est vrai qu’il n’est pas très difficile de cerner les ressemblances constructives que l’on peut lui trouver avec la Tour Eiffel, mais c’est le pont Maria-Pia, situé un peu plus dans les terres, qu’a dessiné notre Gustave. Le Pont Luis I est le symbole fort de Porto : il permet aux piétons de relier les deux rives du fleuve, en empruntant la partie inférieure du pont, mais aussi de partager celle supérieure avec le métro, d’où la vue sur Porto et l’embouchure du fleuve laisse sans voix.

Ah, et Porto, c’est aussi la Casa da Música de l’architecte hollandais Rem Koolhass. En fait, Porto c’est bien beaucoup de choses, donc filez plutôt au Portugal !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *