“Le patrimoine, notre patrimoine”

Quand Anne m’a sollicitée pour écrire un article sur le patrimoine, ma vision du patrimoine, je me suis demandé pourquoi moi ? Moi qui n’y connais pas grand-chose, ne travaille pas dans ce domaine ni n’est propriétaire d’un château, pourquoi est-ce que je serais légitime à en parler. Après tout, autant laisser la parole aux experts, à ceux qui sont capables en un clin d’œil de relier une architecture à une région, qui récitent par cœur le nombre d’entrées annuelles que fait le château de Versailles ou encore, qui prévoient trois mois à l’avance leur programme de visites des journées du Patrimoine !

Ce n’est pas mon cas.

La seule fois où j’aurais pu me sentir légitime, à la limite, c’est durant ces deux journées du Patrimoine en 2012. J’avais été réquisitionnée pour faire visiter à des touristes un petit château en Bourgogne, à coup de texte appris par cœur et sans être vraiment très à l’aise pour répondre aux questions des visiteurs. Et encore… la légitimité est faible ! Je dois dire que c’était bien plus la perspective des pourboires que celle du patrimoine et de son atout qui m’avait alors séduite !

Pourtant, enfant, j’étais sensible à la beauté des monuments qui m’entouraient : on m’a appris que les nombreux châteaux qui se trouvaient dans ma région appartenaient à des époques différentes, quelles en étaient les caractéristiques… On m’a informée de la complexité d’être aujourd’hui propriétaire d’un monument, du coût de son entretien. Pour autant, je ne me souviens pas qu’on ait prononcé le mot « patrimoine ». On m’a sensibilisée au beau, à l’architecture, aux différentes périodes de notre Histoire. Mais le patrimoine ? Ce n’est qu’en grandissant que j’ai compris que ces monuments, ces châteaux, faisaient partie de ce qu’on appelle communément le patrimoine français. D’ailleurs, pendant très longtemps, en évoquant le terme de patrimoine, je n’avais en tête que des châteaux. Il ne m’était pas venu à l’esprit que des places, des musées, des hôtels de ville ou des maisons de maître faisaient aussi partie de cette grande famille.

illustration-de-patrimoine-article-temoignage-patrimoine-domitille-sensibilisation

Le patrimoine, on en parle seulement une fois par an

Peut-être justement parce que le patrimoine, à mon sens, c’était flou. Et au-delà d’être flou, c’était surtout abstrait. « Les journées du Patrimoine, c’est chouette, c’est une fois par an et ça permet de visiter des lieux inédits comme la Banque de France ou l’Elysée ! ». Pour moi c’était ça : le patrimoine, on en parle une fois par an, parfois un peu plus grâce au loto du Patrimoine (surtout la première année où il a été lancé, à vrai dire, parce que depuis ce n’est plus tellement à la mode), et ensuite on le range soigneusement au placard jusqu’à l’année prochaine ! Une petite piqûre de rappel en septembre tous les ans, on admire un lieu, on se dit qu’il y a trop de personnes qui ont eu la même idée que nous, et on jure qu’on trouvera quelque chose d’un peu plus insolite à faire dans un an !

Quoique… Pourquoi est-ce qu’on devrait payer pour voir de belles choses ? Et d’ailleurs, doit-on vraiment payer ? Je veux dire, bien sûr qu’une visite d’un musée, d’un château, d’un lieu emblématique est souvent payante. Mais posons-nous deux minutes et regardons ce qui est autour de nous. Dans un rayon de 500 mètres. Dans un rayon de 10 kilomètres. Cette place que je n’avais jamais remarquée, cette maison qui fait l’angle de la rue avec ses pierres de taille et ses balustrades, cette église romane, ce calvaire même. Cette beauté gratuite et accessible, elle fait aussi partie du patrimoine. De notre patrimoine.

Avez-vous déjà remarqué que, tout comme « pays », « patrimoine » peut également être employé précédé d’un adjectif possessif : NOTRE patrimoine ? Il m’appartient comme il vous appartient. Non pas que vous ayez des droits dessus, mais plutôt des devoirs. C’est votre histoire et c’est la mienne. Il nous est commun à tous, il est le vestige du passé et pourtant encore bien présent et visible. Il est universel : vous le trouverez partout, en ville ou en province, sur une place bondée ou en rase campagne, accessible ou caché. Certains en sont propriétaires, aux yeux de la loi. Mais le patrimoine n’appartient à personne en particulier. Les propriétaires sont ses gardiens et ses garants. Ils sont chargés de l’entretenir, de le respecter, de le faire vivre et de perpétuer la tradition de ses murs. Plus qu’un plaisir, c’est un devoir.

illustration de patrimoine article témoignage patrimoine domitille sensibilisation

Le patrimoine, nous en sommes responsables

Et ce devoir n’incombe pas qu’aux seuls propriétaires. Gestionnaires ou non, cela nous concerne. Que le patrimoine soit ou non dans notre région, nous en sommes responsables. Lorsqu’un monument tombe en ruines, nous devrions avoir cet élan national qui nous pousserait à nous lever tous ensemble pour l’entretenir. Et qu’on soit Français ou non, nous devrions tous nous sentir concernés ! Notre patrimoine rayonne bien au-delà de nos frontières, il séduit, il est envié. Il attire à tel point qu’on vient du monde entier l’admirer, et que de plus en plus d’étrangers achètent des châteaux, des vignobles et autres domaines en France. Notre patrimoine plaît, il passionne. Rappelons-nous l’incendie de Notre-Dame : au cœur de Paris, quoi de plus emblématique pour la France ? Et pourtant, l’émotion a submergé la planète, et les dons ont afflué du monde entier !

Alors doit-on attendre de perdre notre patrimoine pour réaliser notre attachement à son égard ? En parler, le visiter, l’admirer, c’est le protéger. Lui donner un sens et une existence. Le valoriser.

Aujourd’hui, j’aimerais qu’on se rende compte de la chance que l’on a de posséder tous ensemble un tel trésor national. Que parler de patrimoine soit comme parler de chez soi. Que personne n’ait à se poser la question d’être légitime pour le faire ou pas. Qu’on comprenne qu’on n’a pas besoin d’avoir fait des études dans la Culture pour se sentir concerné. Que la protection du patrimoine n’est pas que l’affaire d’un certain Stéphane Bern et de son loto. Le patrimoine nous appartient. Notre patrimoine. Tout en protégeant celui d’hier, on bâtit celui de demain. Et c’est bien là la merveille et la responsabilité de toute civilisation.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Découvrez plus d'articles

×
×

Panier