Les-entreprises-du-patrimoine-evincees-appel-a-projet-candidature-concours-benevolat-patrimoine-monument-entrepreuneuriat-patrimonial-entreprise-article-de-blog_

Les entreprises du patrimoine évincées ?

Encore un appel à projet auquel les entreprises du secteur du patrimoine ne pourront pas répondre. Encore un concours réservé aux associations ou aux particuliers. A croire que le patrimoine et l’entrepreneuriat ne font pas bon ménage. Et pourtant, la combinaison des deux ne fait que croître depuis des années !

Cela fait quelques mois, les initiatives se multiplient pour faire naitre de nouvelles idées pour dynamiser nos monuments. On cherche à récompenser le travail de passionnés. Les départements, les fondations, les régions, lancent des concours ou des appels à projet qui ont pour objectif de valoriser le patrimoine. On cherche des artistes, on veut des propositions novatrices, on espère des bonnes volontés pour donner un nouveau souffle à nos vieilles pierres.

Et je trouve ça génial ! C’est qu’elles en ont besoin ! L’écosystème du patrimoine est une mine d’or pour cela. Nous sommes nombreux à mettre nos compétences et nos talents au service du patrimoine. Fondations, associations, bénévoles, structures publiques, artisans, entrepreneurs… Du tailleur de pierre au rédacteur web spécialisé, en passant par les entreprises de valorisation, les créateurs… Et pourtant, j’ai comme l’impression que le mot “entrepreneur” est presque devenu un gros mot. On ne souhaite pas l’associer au patrimoine. Moi qui souhaitais pour 2022 une communauté d’acteurs du patrimoine plus solidaire !

La participation citoyenne a bon dos…


En 2022, on cherche encore à valoriser le patrimoine et à le faire perdurer à coups d’associations et d’initiatives privées. Même le Ministère de la Culture a organisé un colloque sur la participation des citoyens à l’univers patrimonial il y a quelques semaines. Oui, “l’implication croissante de la société civile dans les questions patrimoniales est une excellente nouvelle” comme le dit la ministre Roselyne Bachelot. Mais ne serait-ce pas encore une idée pour contourner un problème plus profond, en usant de la bonne volonté des bénévoles ? Bon, on fait parfois un effort pour les collectivités territoriales.

Loin de moi l’idée de dire que l’investissement de ces structures n’est pas remarquable, au contraire ! Il est même essentiel !! Mais pourquoi ne donne-t-on pas la possibilité aux entreprises de répondre à ces appels d’offres ou à ces candidatures ? Pourquoi mettre de côté les nombreux amoureux du patrimoine qui ont tellement cela dans le sang qu’ils en ont fait leur métier ?

Les-entreprises-du-patrimoine-evincees-appel-a-projet-candidature-concours-benevolat-patrimoine-monument-entrepreuneuriat-patrimonial-entreprise-article-de-blog

Ah c’est peut-être ça qui gêne. Le fait que ça soit un métier. L’argent, ça dérange ? Et pourtant, le patrimoine ne se régénère pas seul. Il ne s’entretient pas à coups de baguette magique. On ne refait pas une toiture bénévolement, on ne passe pas des heures et des heures à développer un programme de développement sur 10 ans pour un domaine gratuitement. Oui, cela serait chouette que la passion soit la seule monnaie d’échange dans ce monde. Mais ce n’est pas le cas. Il est temps de comprendre que le patrimoine est un élément important dans l’économie d’un territoire, d’un pays. Qu’il génère de l’argent, et qu’il a besoin de celui-ci pour perdurer.

Entrepreneure frustrée !

Mon sentiment en tant qu’entrepreneure du patrimoine ? De la frustration évidemment. Beaucoup de joie d’abord en tombant sur les appels à projet ou à candidatures. “Oh génial, une initiative pour valoriser le patrimoine et ceux qui donnent de leur temps et énergie pour le sauvegarder”. Quand je lis les premières lignes des appels à projet, je suis toujours hyper motivée ! “Encore un patrimoine à mettre en valeur !” Et puis, j’arrive aux conditions “Associations et particuliers”, “municipalité, structures publiques et bénévoles”. Oh guys, vous n’avez pas oublié un mot comme… “entreprise” ? J’ai un tas d’idées et une envie folle de venir en aide à des monuments qui ont besoin de mes compétences pour se développer. Nous sommes nombreux à avoir mis nos tripes dans nos entreprises et à ne pas compter nos heures pour faire vivre nos activités à travers notre passion qu’est le patrimoine. Pourquoi nous coupe-t-on l’herbe sous le pied ?

Encore un appel à projet pour lequel je ne rentre pas dans les cases malgré mon amour pour le patrimoine.
Quelle frustration.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Découvrez plus d'articles

×
×

Panier